Depuis toujours, le cerf me fascine… Je sais que quelque part, à un niveau subtil, il est là, auprès de moi et m’accompagne. Je ressens en lui les nombreuses attitudes qu’il y a quelque temps auparavant je pensais ne pas avoir. Elles étaient pourtant bien là, enfouies en moi. Et bien qu’il m’en reste sûrement encore à dévoiler, j’ai très envie aujourd’hui de vous en parler, et de vous aider vous aussi à vous inspirer de lui.


 

Le cerf s’affirme sans s’imposer, il est là où il se tient, et c’est là sa juste place, puisqu’il l’a choisie, pas après pas. Pourtant, c’est un roi plutôt discret, sa présence jamais ne dérange, et rarement se remarque. Il observe, au loin, est à l’écoute de ses sens, suit le chemin qu’il se crée, aborde avec courage les combats qu’il doit mener et bondit prestement d’une direction à l’autre sans se laisser figer par ses peurs.
Lorsque je me suis lancée dans mon aventure entrepreneuriale, je me suis inspirée de toutes ses qualités, consciente de sa présence à mes côtés, et de ses énergies, douces et puissantes, pures et sauvages, mobiles et constantes, et je suis allée là ou mon coeur m’appelait. Tremblante tout d’abord, comme un faon nouveau-né qu’il aurait doucement poussé du bout du nez à faire ses premiers pas. Moi qui était en sécurité, dans le ventre chaud de ma zone de confort, “ce nouveau monde est-il fait pour moi ?”

“Oui”, m’a soufflé le cerf.

Après quelques essais maladroits, et sous sa présence insistante, je me suis élancée dans mon tout premier galop, et j’ai senti une grande euphorie m’envahir, un sentiment de liberté infini : la joie d’un tout premier client, d’un témoignage reconnaissant… et la frustration de ne pas encore en vivre, tout de suite, maintenant. “Pourquoi ne puis-je courir, parcourir le monde, explorer les horizons ?”

“Patience”, m’a soufflé le cerf.

A la naissance de mes bois, les premiers, à peine sortis, à la recherche du bon chemin, mon égo m’a fait croire que pour savoir, il me fallait imiter ceux qui savent. Alors tout comme les puissants mâles s’affrontent, j’ai mené de nombreux combats, dans de nombreuses directions, sans en comprendre les enjeux, puisqu’ils n’étaient pas les miens. J’ai proposé tel service car il semblait bien marcher et était très apprécié, j’ai testé, essayé, expérimenté de nombreuses voies, dans lesquelles je ne me retrouvais pas. Épuisée, je me suis alors demandée “quelle est cette chose que je cherche, partout autour de moi, sans jamais la saisir, et où peut-elle bien se trouver ?”

“Authenticité, m’a soufflé le cerf, tout est en toi.”

Une année est passée, le cerf toujours à mes côtés, et me voilà enfin grandie, une belle paire de bois solidement fixés au crâne, les enjeux enfin saisis, et la leçon principale retenue. Aujourd’hui, un pas après l’autre, je suis à ma propre recherche, à ma propre découverte, je mène mes propres expériences, toujours aidée, sagement guidée. Et alors que je croise le regard profond du roi cerf, je demande “quel est le but de tout ça ?”. Le cerf tourne son regard devant mes sabots, et un léger vent d’automne se lève, dispersant les feuilles sur le sol, révélant un début de chemin.

“Créer ta propre voie” me dit le cerf.


 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer